Concerto Imperiale_Copyright Tommym.myportfolio.com.jpg

VIRTUOSI !
MOTETS ET CHANSONS VIRTUOSES DE LA RENAISSANCE

Samedi 1 octobre 2022 - 20h

Eglise Saint-Jacques

Concerto Imperiale
Fabien Moulaert, sacqueboute et direction

 

𝗖𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝘁𝗼 𝗜𝗺𝗽𝗲𝗿𝗶𝗮𝗹𝗲

Frithjof Smith, cornet à bouquin
Edward Vanmarsenille, orgue
Adriaan Lauwers, luth et théorbe
Maxime Melnik, ténor
Fabien Moulaert, sacqueboute et direction

 

PROGRAMME :

19h : introduction au concert avec Fabien Moulart


𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗚𝗮𝗯𝗿𝗶𝗲𝗹𝗶 (1557-1612): Toccata d'ouverture
𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗣𝗶𝗲𝗿𝗹𝘂𝗶𝗴𝗶 𝗱𝗮 𝗣𝗮𝗹𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗻𝗮 (1525-1594) : Benedicta sit sancta trinitas
A. Voix et orgue
B. Cornet à bouquin et sacqueboute (Diminutions de Giovanni Bassano)
𝗥𝗼𝗹𝗮𝗻𝗱 𝗱𝗲 𝗟𝗮𝘀𝘀𝘂𝘀 (1532-1594) : Susanne un jour
A. Voix/luth
B. Trombone basse/orgue (Diminutions de Francesco Rognoni)
C. Intabulation d’Andrea Gabrieli
𝗖𝗶𝗽𝗿𝗶𝗮𝗻𝗼 𝗱𝗲 𝗥𝗼𝗿𝗲 (1515/16-1565) : Anchor che col partire
A. Joan Ambrosio Dalza (fl. 1508) : Calata pour luth en prélude à Anchor che col partire (instrumental)
B. Voix/luth (Diminutions de Bassano)
𝗛𝗲𝗶𝗻𝗿𝗶𝗰𝗵 𝗜𝘀𝗮𝗮𝗰 (1450-1517) : Innsbruck, Ich muss dich lassen (Diminutions de Fabien Moulaert)
A. Orgue
B. Voix/Luth
C. Orgue et trombone
D. Voix/luth
E. Orgue et Cornet
F. Voix/Luth
𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗚𝗶𝗿𝗼𝗹𝗮𝗺𝗼 𝗞𝗮𝗽𝗯𝘀𝗲𝗿𝗴𝗲𝗿 (1580-1651) : Toccata Arpeggiata (théorbe)
𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗣𝗶𝗲𝗿𝗹𝘂𝗶𝗴𝗶 𝗱𝗮 𝗣𝗮𝗹𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗻𝗮 : Pulchra es amica mea — Diminution de Rognoni au cornet muet
𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗣𝗶𝗲𝗿𝗹𝘂𝗶𝗴𝗶 𝗱𝗮 𝗣𝗮𝗹𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗻𝗮 : Ricercata del Secondo Tono
𝗔𝗹𝗲𝘀𝘀𝗮𝗻𝗱𝗿𝗼 𝗣𝗶𝗰𝗰𝗶𝗻𝗶𝗻𝗶 (1566-1638) : Toccata VI (théorbe)
𝗔𝗻𝗼𝗻𝘆𝗺𝗲, chanson « Une jeune fillette »
A. Voix/théorbe
B. Frescobaldi : Partite sopra La Monica (orgue)
𝗚𝗶𝗿𝗼𝗹𝗮𝗺𝗼 𝗙𝗿𝗲𝘀𝗰𝗼𝗯𝗮𝗹𝗱𝗶 (1583-1643) : Canzona detta la Tegrimuccia a due Canto e Basso (Cornet muet/Trombone basse)
𝗚𝗶𝗼𝘃𝗮𝗻𝗻𝗶 𝗣𝗶𝗲𝗿𝗹𝘂𝗶𝗴𝗶 𝗱𝗮 𝗣𝗮𝗹𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗻𝗮 : Ave Verum Corpus (contrafacta de Io son ferito), diminutions de Giovanni Battista Bovicelli



Le temps d’un soir, Concerto Imperiale fait revivre les embellissements que les musiciens virtuoses de la Renaissance donnaient à entendre sur les motets et les chansons les plus connus de l’époque. Afin que le public puisse s’immerger totalement dans ce monde fascinant, l’ensemble joue avec l’acoustique exceptionnelle de l’Église Saint-Jacques en déléguant une partie majoritairement instrumentale à la tribune qui met en valeur l’orgue du lieu, parfait pour ce répertoire, et une autre partie vocale, en bas, parmi le public, dans un répertoire intimiste voix/luth qui se veut miroir ou point de départ des envolées virtuoses des cornet, sacqueboute et orgue.


Un programme conçu et créé dans le cadre des Nuits de Septembre.
Une coproduction avec le Festival d’Orgue de Liège.